Liste de sites de trading sérieux - Investir en ligne

[AMA] Avec mes collègues, j’ai développé une technologie similaire à Arkangel dans Black Mirror

Bonjour france
Avec mes collègues, nous avons présenté la première étude empirique sur l'utilisation de la manipulation et de la stylisation des couleurs pour rendre les images et les vidéos de chirurgie plus agréables à regarder. Si l'aversion pour de tels stimuli est naturelle, elle limite la capacité de nombreuses personnes à satisfaire leur curiosité, à s'éduquer et à prendre des décisions rationnelles. Nous avons sélectionné un ensemble varié de techniques de traitement d'images et les avons testées sur des chirurgiens et des personnes qui ne sont pas exposés à ce genre de stimuli au quotidien (non-spécialistes). A travers cette étude, nous avons trouvé une technique particulièrement efficace pour réduire l’aspect choquant de ce genre d’images tout en préservant l’information initiale de l’image. En partant de ce résultat, nous avons développé un plugin google chrome (Arkangel, en référence à Black Mirror) pour traiter automatiquement toute image qui pourrait être choquante.
Une illustration de la technique qui semble fonctionner est disponible ici, dans le header.
Nous espérons que ce genre de technologies pourra ce généraliser pour aider sur de nombreux points:
On envisage également de nombreux autres scénarios que nous expliquons dans ce TEDx talk, notamment comment on pourrait utiliser ça en réalité augmentée par exemple, ainsi que dans quelques articles en français (par exemple ici) ou en anglais.
Le plugin et les dernières informations sur le projet sont disponibles sur la page du projet: https://www.aviz.fvisualcensoring
Nous annonçons aussi quelques news sur twitter, n’hésitez pas à me follow @lonnibesancon
La preuve pour ce AMA est disponible ici et juste pour le fun, la version Arkangel est disponible ici
Je crois que j’ai tout dit! J’espère avoir des échanges intéressant avec vous tous france! AMA!
Edit: voilà le lien Open Access vers le deux articles scientifiques publiés sur le sujet. On parle du trade-off entre le choc de l'image et le fait qu'il faut maintenir les détails visibles.
Pour que ça soit clair, certaines questions semblent montrer que le texte du poste n'était initialement pas clair, dans notre cas on impose cela a personne: on donne la possibilité aux utilisateurs d'utiliser une technique de traitement d'image que notre étude a trouvé efficace pour réduire le caractère choquant tout en préservant l'information. Donc - oui il y a lien avec Arkangel, mais on n'impose cela à personne, c'est donc différent. J'évoque tout ça dans le TEDx talk (link plus haut)
Edit2: si vous connaissez des gens/associations/journalistes que je pourraient contacter sur les cas d'utilisation que je mentionne, n'hésitez pas à me DM.
Edit3: Thanks for the silver kind stranger :)
Edit4: Je pense que le AMA est définitivement fini maintenant, mais je répondrais aux futures questions quand même dès que je les vois :). Merci à tous pour vos commentaires/questions! :)
submitted by lonnib to france [link] [comments]

Riseup november bulletin

[en] English There is a war being fought over your communication. One side wants control, so they can profit from and watch everything you say and do online. They want to sell you stuff, but also want to use your data for job applications, insurance, and law enforcement. Along the way, they want you to feel empowered and entertained by the process of turning your life into a stream of commodified information. The other side wants digital autonomy, and fights against the surveillance state, the internet monopolies, and the data profiteers. Some of these battles happen in the courtroom, others in the world of politics. Then there is what Riseup does: we wage direct, on-the-ground resistance by creating and using technologies embedded with freedom and self-determination. All of you, by using Riseup, are part of the resistance that stands up and says no to spying and profiteering. We believe, with all our hearts, that if there are not more secure and private ways to communicate, and if there are not people who actively use and support the creation of these technologies, then our right to communicate freely online will disappear. However, all this freedom comes with a challenge. Since we don't profit off you, we depend on your donations for our continued existence and our ability to build the infrastructures that make another world possible. Time and again, many of you have raised your hand and said this means something to me, I'll pitch in whatever I can to keep Riseup going. Thank you, thank you a million times over. We are still here only because of you. Once again, we are asking you to contribute and keep Riseup running. Please, do whatever you can, it doesn't matter how much. This year we also have a raffle with some fabulous prizes! Everyone who donates will be entered. https://riseup.net/donate With Love and Hope, The Riseup Collective Also, we have a Super Deluxe Bread and Roses Riseup Raffle [1] Two lucky people who donate to Riseup will receive a big box of fair trade chocolate, amazing print art, mounted protest photography, top shelf radical science fiction, the blackest coffee, bleeding edge political nonfiction, a 2018 organizer, and more! If you donate through dwolla, paypal or flattr there will be an email associated with your donation and we will use that to enter you into the raffle. If you are sending a donation by mail, please include an email address with your donation. If you send a wire transfer, please email [email protected] and provide your donation details. Huge thanks to the beautiful friends who made these donations possible: AK Press, Aqueduct Press, Equal Exchange, Justseeds, PM Press, Riseup Coffee, the Slingshot Collective, and our very own Black-collared Jay. [1] Rose Schneiderman, a labor union activist, coined the phrase "Bread and Roses", to indicate a worker’s right to something higher than subsistence living. [de] Deutsch Es findet ein Kampf statt um eure Kommunikation. Eine Seite will Kontrolle, um Profit zu generieren und über alles zu wachen, was ihr online sagt. Sie wollen euch Zeug verkaufen, und brauchen eure Daten für Bewerbungen, Versicherungen und um Gesetze durchzusetzen. Währendessen sollt ihr euch gestärkt und unterhalten fühlen durch den Prozess, der das Leben in einen Strom kommodifizierter Informationen verwandelt. Die andere Seite strebt digitale Autonomie an und kämpft gegen den Überwachungstaat, Internetmonopole and Datenprofiteure. Einige dieser Kämpfe laufen im Gerichtssaal ab, weitere in der Welt der Politik. Dann gibt es noch Riseup, wir führen direkten Widerstand an der Basis durch das Schaffen und Nutzen von Technologien, die Freiheit und Selbstbestimmung fördern. Indem ihr Riseup nutzt, seid Ihr alle Teil des Widerstandes, der sich Spionage und Profit widersetzt. Wir glauben von ganzem Herzen, dass es keine sichereren Kommunikationsmittel gibt und wenn es keine Menschen gibt, die den Aufbau sicherer Technologien fördern, dann wird unser Recht, frei zu kommunizieren verschwinden. Allerdings hat diese Freiheit einen Preis. Weil wir nicht von euch profitieren, hängen wir von euren Spenden ab, um diese Dienste zu betreiben und neue Werkzeuge zu schaffen, die eine andere Welt möglich machen. Vviele von euch hoben im Laufen der Zeit die Hand and sagten, dass dies etwas bedeutet und dass bereit seid, alles nur mögliche zu spenden, um Riseup am Laufen zu halten. Danke euch, danke viele Millionen Male. Wir sind immer noch da nur durch euch. Wieder ein Mal bitten wir euch uns zu unterstützen. Bitte tut, was ihr könnt - wie viel ist dabei nicht entscheidend, Dieses Jahr veranstalten wir auch eine Tombola mit einigen ganz besonderen Preisen. Alle die Spenden nehmen daran teil. https://riseup.net/de/spenden Mit Liebe und Hoffnung, Das Riseup-Kollektiv Wir haben übrigens auch eine Super Deluxe Brot und Rosen Riseup Tombola [1] Zwei glückliche Menschen spenden an Riseup und erhalten eine große Schachtel Fairtrade-Schokolade, aufregende Druckkunst, besondere radikale Sci-Fi-Literatur, den schwärzesten Kaffee und neueste politische Nichtfiktion, einen Kalender für 2018 und mehr! Wenn du über dwolla, paypal oder Flattr spendest, wird die Emailadresse mit der Spende verknüpft und wir nutzen diese für die Teilnahme an der Tombola. Wer per Mail spendet, fügt bitte eine Emailadresse neben der Spende an. Per Bankeinzug: sendet eine Mail and [email protected] mit den Überweisungsdetails. Riesigen Dank auch an die großartigen Freunde, die diese Spenden möglich machen: AK Press, Aqueduct Press, Equal Exchange, Justseeds, PM Press, Riseup Kaffee, das Slingshot-Kollektiv und unser eigener Schwarzkehlhäher. [1] Rose Schneiderman, eine Gewerkschaftsaktivistin, prägte den Begriff "Bread and Roses", um auszudrücken, dass Arbeitsrechte mehr als Subsistenz sind. [pt] Português Uma guerra está sendo travada pela nossa comunicação online. Um lado quer ter o controle, para que possam lucrar e vigiar tudo que você faz e diz online. Eles querem lhe vender produtos, e também passar seus dados para empresas de vagas de trabalho, seguradoras e para a polícia. Enquanto isso, querem que você se sinta empoderadx e entretidx através da transformação da sua vida em um fluxo de informações mercantilizadas. O outro lado quer autonomia digital, e luta contra o estado de vigilância, os monopólios da internet e aqueles que lucram com os dados. Algumas dessas batalhas acontecem nos tribunais, outras no mundo da politica. E então há o que o Riseup faz: nós travamos uma resistência direta e local, criando e usando tecnologias que vêm com a liberdade e a auto-determinação integradas. Todas vocês, ao usar o Riseup, são parte da resistência que se levanta e diz não à espionagem e à especulação. Nós acreditamos, do fundo de nossos corações, que se não houverem mais formas seguras e privadas de comunicação, e se não houverem pessoas que ativamente usam e apoiam a criação dessas tecnologias, nosso direito de nos comunicarmos livremente online irá desaparecer. Entretanto, toda essa liberdade vem com um desafio. Já que não lucramos com vocês, dependemos de doações para existir e para manter nossa capacidade de construir as infraestruturas que fazem um outro mundo possível. Constantemente, muitxs de vocês levantaram as mãos e disseram que isso significava algo para vocês, "vou colaborar com o que for possível para manter o Riseup existindo". Muito obrigado, muito obrigado um milhão de vezes. Ainda estamos aqui apenas por causa de vocês. Mais uma vez, estamos pedindo para que você contribua e mantenha o Riseup funcionando. Por favor, faça o que for possível, não importa a quantia. Esse ano também temos uma rifa com prêmios fabulosos! Todas as pessoas que doarem estarão concorrendo. https://riseup.net/pt/donate Com amor e esperança, Coletivo Riseup Temos também uma Super Luxuosa Rifa "Pão e Rosas" Riseup [1] Duas pessoas sortudas que doarem para o Riseup receberão uma grande caixa de chocolate de comércio justo, uma arte impressa incrível, uma fotografia de protesto emoldurada, um livro de ficção cientifica radical, o café mais preto que existe, últimas novidades em não-ficção política, um organizador para 2018 e mais! Se você doar através do dwolla, paypal ou flattr haverá um email associado com sua doação e nós o usaremos para lhe inscrever na rifa. Se você está mandando sua doações pelos correios, por favor inclua um endereço de email com sua doação. Se você está fazendo uma transferência, por favor nos escreva em [email protected] e forneça os dados de sua doação. Nosso muito obrigado para xs lindxs amigxs que fizeram essas doações possíveis: AK Press, Aqueduct Press, Equal Exchange, Justseeds, PM Press, Riseup Coffee, o Coletivo Slingshot, e nosso próprio Black-collared Jay. [1] Rose Schneiderman, uma sindicalista, criou a frase "Pão e Rosas" para indicar o direito dxs trabalhadorxs a algo maior do que o mínimo para a subsistência. [es] Castellano Actualmente se está viviendo una guerra sobre tus comunicaciones. Uno de los bandos quiere el control, para así observar y lucrarse con todo lo que dices y haces online. Desean venderte cosas, pero también abusar de tu información y datos personales para solicitudes de empleo, seguros y en la lucha contra el crimen. Este bando anhela que sientas la ilusión de empoderamiento y entretención mientras convierten tu vida en un río de información mercantilizada. El otro bando quiere autonomía digital y enfrentarse al estado de vigilancia, los monopolios de Internet y quienes se lucran con la información de todxs. Algunas de estas batallas ocurren en tribunales de justicia, otras en el mundo de la política. Y también ocurre lo que hacemos en Riseup: enfrentarnos de forma directa creando y usando tecnologías plasmadas con el deseo de libertad y la auto-determinación. Todxs ustedes, al usar Riseup, son parte de la resistencia que se levanta y rechaza tanto el espionaje como el lucro. Creemos con todo nuestro corazón, que si no existiesen formas seguras y privadas de comunicarse, o si no existiesen personas que activamente las utilizen y apoyen su creación, nuestro derecho a comunicarnos libremente en Internet desaparecería. Sin embargo, toda esta libertad trae consigo un desafío. Como no nos lucramos de ustedes ni de su información, dependemos directamente de sus donaciones para continuar existiendo y teniendo la capacidad para construir la infraestructura necesaria para hacer un nuevo mundo posible. Una y otra vez, muchxs de ustedes han levantado su mano y dicho "esto significa algo para mí, voy a donar lo que pueda para mantener a Riseup funcionando". Gracias, millones de gracias. Es gracias a ustedes que seguimos aquí. Una vez más estamos pidiéndoles que contribuyan para mantener funcionando a Riseup. Por favor, con lo que puedan y cómo puedan, no importa cuánto. Este año además contamos con una rifa con premios fabulosos y todxs quienes donen entrarán en ella. https://riseup.net/es/donar Con Amor y Esperanza, El Colectivo Riseup También tenemos la Rifa Pan y Rosas Súper Delux [1] Dos afortunadxs que donen recibirán una caja con chocolates de comercio justo, increíbles impresiones de arte, fotografías de protesta enmarcadas, ciencia ficción radical de alto calibre, el café más negro, lo último en no-ficción política, una agenda para el 2018 ¡y más! Si donaste por medio de dwolla, paypal o flattr habrá un e-mail asociado con tu donación y lo usaremos para que entres en la rifa. Si estás haciéndolo por correo, por favor incluye una dirección de e-mail con tu donación. Si lo haces mediante una transferencia bancaria, por favor escribe a [email protected] indicándonos los detalles de tu donación. Muchas gracias a lxs hermosxs amigxs que donaron estos premios para hacer esta rifa posible: AK Press, Aqueduct Press, Equal Exchange, Justseeds, PM Press, Riseup Coffee, Slingshot Collective y nuestra propia Urraca de Cuello Negro. [1] Rose Schneiderman, una activista sindical, acuñó la frase "Pan y Rosas" para indicar el derecho de una trabajadora a algo más que solo el alimento para sobrevivir. [fr] Français Une véritable guerre se joue autour de vos communications en ligne. Un côté souhaite en avoir le contrôle et veut espionner vos moindres gestes et paroles. Ces personnes veulent vous vendre des biens, mais également céder vos données à des chasseurs de tête, des compagnies d'assurances et à la police. Pire encore, ces gens voudraient vous faire croire que transformer votre vie en un flux d'information commodifiée est à la fois distrayant et valorisant. L'autre côté souhaite l'autonomie digitale et combat l'État policier, les monopoles de l'internet et les gens qui profitent de vos données. Certaines de ces batailles ont lieu dans des cours de justice, d'autres dans l'arène politique. Et il y a Riseup: nous faisons de l'action directe digitale en créant et en utilisant des technologies protégeant votre liberté et votre autonomie. En utilisant Riseup, vous faites toutes et tous partie de la résistance, des personnes qui se lèvent et qui disent non à l'espionnage numérique et aux profiteurs. Nous croyons de tout notre cœur que s'il n'existait pas des gens pour utiliser et supporter activement ces technologies, notre liberté de communication en ligne disparaitrait. Cette liberté a cependant un prix: comme nous ne faisons pas de profit avec vos données, nous dépendons de vos don pour continuer d'exister et pour continuer de bâtir des infrastructures qui rendent un autre monde possible. À maintes reprises, plusieurs d'entre vous avez répondu à l'appel et avez fait un don à Riseup. Merci, merci milles fois. Si nous sommes encore ici, c'est grâce à vous. Encore une fois, nous vous demandons de contribuer et de nous aider à maintenir Riseup à flot. S'il vous plaît, donnez ce que vous pouvez, même les petits dons sont importants. Cette année, nous avons également un tirage avec de fabuleux prix! Toutes les personnes qui font un don seront automatiquement ajoutés au tirage. https://riseup.net/fdon Espoir et amour, Le collectif Riseup Nous avons également un tirage Riseup super luxueux "Du pain et des roses" [1] Deux personnes chanceuses qui ont donné à Riseup recevrons une grosse boîte de chocolats, une affiche fabuleuse, quelques photos de manifestations encadrées, des livres de science-fiction radicaux, du café très noir, de la prose politique très récente, un agenda 2018 et plus encore! Si vous donnez par Dwola, PayPayl ou Flattr, une adresse courriel est associée à votre don et nous vous contacterons de cette manière. Si vous nous envoyez un don par la poste, merci d'y inclure un courriel! Si vous nous faites parvenir de l'argent par transfert bancaire, envoyez-nous un courriel à [email protected] en mentionnant les détails associés à votre don. Un grand merci à toutes les personnes qui rendent ce tirage possible: AK Press, Aqueduct Press, Equal Exchange, Justseeds, PM Press, Riseup Coffee, the Slingshot Collective ainsi qu'un membre de notre collectif, Black-collared Jay. [1] Rose Schneiderman est une militante syndicale qui a forgé le terme "Du pain et des roses", pour indiquer que les travailleuses et les travailleurs ont droit à plus que le strict minimum.
submitted by akejavel to anarcho_hackers [link] [comments]

Riseup November newsletter / rundschreiben / boletim / boletín / bulletin

[en] English [de] Deutsch [pt] Português [es] Castellano [fr] Français

[en] English

There is a war being fought over your communication. One side wants control, so they can profit from and watch everything you say and do online. They want to sell you stuff, but also want to use your data for job applications, insurance, and law enforcement. Along the way, they want you to feel empowered and entertained by the process of turning your life into a stream of commodified information.
The other side wants digital autonomy, and fights against the surveillance state, the internet monopolies, and the data profiteers. Some of these battles happen in the courtroom, others in the world of politics. Then there is what Riseup does: we wage direct, on-the-ground resistance by creating and using technologies embedded with freedom and self-determination.
All of you, by using Riseup, are part of the resistance that stands up and says no to spying and profiteering. We believe, with all our hearts, that if there are not more secure and private ways to communicate, and if there are not people who actively use and support the creation of these technologies, then our right to communicate freely online will disappear.
However, all this freedom comes with a challenge. Since we don't profit off you, we depend on your donations for our continued existence and our ability to build the infrastructures that make another world possible. Time and again, many of you have raised your hand and said this means something to me, I'll pitch in whatever I can to keep Riseup going. Thank you, thank you a million times over. We are still here only because of you.
Once again, we are asking you to contribute and keep Riseup running. Please, do whatever you can, it doesn't matter how much. This year we also have a raffle with some fabulous prizes! Everyone who donates will be entered.
https://riseup.net/donate
With Love and Hope, The Riseup Collective
Also, we have a Super Deluxe Bread and Roses Riseup Raffle [1]
Two lucky people who donate to Riseup will receive a big box of fair trade chocolate, amazing print art, mounted protest photography, top shelf radical science fiction, the blackest coffee, bleeding edge political nonfiction, a 2018 organizer, and more!
If you donate through dwolla, paypal or flattr there will be an email associated with your donation and we will use that to enter you into the raffle. If you are sending a donation by mail, please include an email address with your donation. If you send a wire transfer, please email [email protected] and provide your donation details.
Huge thanks to the beautiful friends who made these donations possible: AK Press, Aqueduct Press, Equal Exchange, Justseeds, PM Press, Riseup Coffee, the Slingshot Collective, and our very own Black-collared Jay.
[1] Rose Schneiderman, a labor union activist, coined the phrase "Bread and Roses", to indicate a worker’s right to something higher than subsistence living.

[de] Deutsch

Es findet ein Kampf statt um eure Kommunikation. Eine Seite will Kontrolle, um Profit zu generieren und über alles zu wachen, was ihr online sagt. Sie wollen euch Zeug verkaufen, und brauchen eure Daten für Bewerbungen, Versicherungen und um Gesetze durchzusetzen. Währendessen sollt ihr euch gestärkt und unterhalten fühlen durch den Prozess, der das Leben in einen Strom kommodifizierter Informationen verwandelt.
Die andere Seite strebt digitale Autonomie an und kämpft gegen den Überwachungstaat, Internetmonopole and Datenprofiteure. Einige dieser Kämpfe laufen im Gerichtssaal ab, weitere in der Welt der Politik. Dann gibt es noch Riseup, wir führen direkten Widerstand an der Basis durch das Schaffen und Nutzen von Technologien, die Freiheit und Selbstbestimmung fördern.
Indem ihr Riseup nutzt, seid Ihr alle Teil des Widerstandes, der sich Spionage und Profit widersetzt. Wir glauben von ganzem Herzen, dass es keine sichereren Kommunikationsmittel gibt und wenn es keine Menschen gibt, die den Aufbau sicherer Technologien fördern, dann wird unser Recht, frei zu kommunizieren verschwinden.
Allerdings hat diese Freiheit einen Preis. Weil wir nicht von euch profitieren, hängen wir von euren Spenden ab, um diese Dienste zu betreiben und neue Werkzeuge zu schaffen, die eine andere Welt möglich machen. Vviele von euch hoben im Laufen der Zeit die Hand and sagten, dass dies etwas bedeutet und dass bereit seid, alles nur mögliche zu spenden, um Riseup am Laufen zu halten. Danke euch, danke viele Millionen Male. Wir sind immer noch da nur durch euch.
Wieder ein Mal bitten wir euch uns zu unterstützen. Bitte tut, was ihr könnt - wie viel ist dabei nicht entscheidend, Dieses Jahr veranstalten wir auch eine Tombola mit einigen ganz besonderen Preisen. Alle die Spenden nehmen daran teil.
https://riseup.net/de/spenden
Mit Liebe und Hoffnung, Das Riseup-Kollektiv
Wir haben übrigens auch eine Super Deluxe Brot und Rosen Riseup Tombola [1]
Zwei glückliche Menschen spenden an Riseup und erhalten eine große Schachtel Fairtrade-Schokolade, aufregende Druckkunst, besondere radikale Sci-Fi-Literatur, den schwärzesten Kaffee und neueste politische Nichtfiktion, einen Kalender für 2018 und mehr!
Wenn du über dwolla, paypal oder Flattr spendest, wird die Emailadresse mit der Spende verknüpft und wir nutzen diese für die Teilnahme an der Tombola. Wer per Mail spendet, fügt bitte eine Emailadresse neben der Spende an. Per Bankeinzug: sendet eine Mail and [email protected] mit den Überweisungsdetails.
Riesigen Dank auch an die großartigen Freunde, die diese Spenden möglich machen: AK Press, Aqueduct Press, Equal Exchange, Justseeds, PM Press, Riseup Kaffee, das Slingshot-Kollektiv und unser eigener Schwarzkehlhäher.
[1] Rose Schneiderman, eine Gewerkschaftsaktivistin, prägte den Begriff "Bread and Roses", um auszudrücken, dass Arbeitsrechte mehr als Subsistenz sind.

[pt] Português

Uma guerra está sendo travada pela nossa comunicação online. Um lado quer ter o controle, para que possam lucrar e vigiar tudo que você faz e diz online. Eles querem lhe vender produtos, e também passar seus dados para empresas de vagas de trabalho, seguradoras e para a polícia. Enquanto isso, querem que você se sinta empoderadx e entretidx através da transformação da sua vida em um fluxo de informações mercantilizadas.
O outro lado quer autonomia digital, e luta contra o estado de vigilância, os monopólios da internet e aqueles que lucram com os dados. Algumas dessas batalhas acontecem nos tribunais, outras no mundo da politica. E então há o que o Riseup faz: nós travamos uma resistência direta e local, criando e usando tecnologias que vêm com a liberdade e a auto-determinação integradas.
Todas vocês, ao usar o Riseup, são parte da resistência que se levanta e diz não à espionagem e à especulação. Nós acreditamos, do fundo de nossos corações, que se não houverem mais formas seguras e privadas de comunicação, e se não houverem pessoas que ativamente usam e apoiam a criação dessas tecnologias, nosso direito de nos comunicarmos livremente online irá desaparecer.
Entretanto, toda essa liberdade vem com um desafio. Já que não lucramos com vocês, dependemos de doações para existir e para manter nossa capacidade de construir as infraestruturas que fazem um outro mundo possível. Constantemente, muitxs de vocês levantaram as mãos e disseram que isso significava algo para vocês, "vou colaborar com o que for possível para manter o Riseup existindo". Muito obrigado, muito obrigado um milhão de vezes. Ainda estamos aqui apenas por causa de vocês.
Mais uma vez, estamos pedindo para que você contribua e mantenha o Riseup funcionando. Por favor, faça o que for possível, não importa a quantia. Esse ano também temos uma rifa com prêmios fabulosos! Todas as pessoas que doarem estarão concorrendo.
https://riseup.net/pt/donate
Com amor e esperança, Coletivo Riseup
Temos também uma Super Luxuosa Rifa "Pão e Rosas" Riseup [1]
Duas pessoas sortudas que doarem para o Riseup receberão uma grande caixa de chocolate de comércio justo, uma arte impressa incrível, uma fotografia de protesto emoldurada, um livro de ficção cientifica radical, o café mais preto que existe, últimas novidades em não-ficção política, um organizador para 2018 e mais!
Se você doar através do dwolla, paypal ou flattr haverá um email associado com sua doação e nós o usaremos para lhe inscrever na rifa. Se você está mandando sua doações pelos correios, por favor inclua um endereço de email com sua doação. Se você está fazendo uma transferência, por favor nos escreva em [email protected] e forneça os dados de sua doação.
Nosso muito obrigado para xs lindxs amigxs que fizeram essas doações possíveis: AK Press, Aqueduct Press, Equal Exchange, Justseeds, PM Press, Riseup Coffee, o Coletivo Slingshot, e nosso próprio Black-collared Jay.
[1] Rose Schneiderman, uma sindicalista, criou a frase "Pão e Rosas" para indicar o direito dxs trabalhadorxs a algo maior do que o mínimo para a subsistência.

[es] Castellano

Actualmente se está viviendo una guerra sobre tus comunicaciones. Uno de los bandos quiere el control, para así observar y lucrarse con todo lo que dices y haces online. Desean venderte cosas, pero también abusar de tu información y datos personales para solicitudes de empleo, seguros y en la lucha contra el crimen. Este bando anhela que sientas la ilusión de empoderamiento y entretención mientras convierten tu vida en un río de información mercantilizada.
El otro bando quiere autonomía digital y enfrentarse al estado de vigilancia, los monopolios de Internet y quienes se lucran con la información de todxs. Algunas de estas batallas ocurren en tribunales de justicia, otras en el mundo de la política. Y también ocurre lo que hacemos en Riseup: enfrentarnos de forma directa creando y usando tecnologías plasmadas con el deseo de libertad y la auto-determinación.
Todxs ustedes, al usar Riseup, son parte de la resistencia que se levanta y rechaza tanto el espionaje como el lucro. Creemos con todo nuestro corazón, que si no existiesen formas seguras y privadas de comunicarse, o si no existiesen personas que activamente las utilizen y apoyen su creación, nuestro derecho a comunicarnos libremente en Internet desaparecería.
Sin embargo, toda esta libertad trae consigo un desafío. Como no nos lucramos de ustedes ni de su información, dependemos directamente de sus donaciones para continuar existiendo y teniendo la capacidad para construir la infraestructura necesaria para hacer un nuevo mundo posible. Una y otra vez, muchxs de ustedes han levantado su mano y dicho "esto significa algo para mí, voy a donar lo que pueda para mantener a Riseup funcionando". Gracias, millones de gracias. Es gracias a ustedes que seguimos aquí.
Una vez más estamos pidiéndoles que contribuyan para mantener funcionando a Riseup. Por favor, con lo que puedan y cómo puedan, no importa cuánto. Este año además contamos con una rifa con premios fabulosos y todxs quienes donen entrarán en ella.
https://riseup.net/es/donar
Con Amor y Esperanza, El Colectivo Riseup
También tenemos la Rifa Pan y Rosas Súper Delux [1]
Dos afortunadxs que donen recibirán una caja con chocolates de comercio justo, increíbles impresiones de arte, fotografías de protesta enmarcadas, ciencia ficción radical de alto calibre, el café más negro, lo último en no-ficción política, una agenda para el 2018 ¡y más!
Si donaste por medio de dwolla, paypal o flattr habrá un e-mail asociado con tu donación y lo usaremos para que entres en la rifa. Si estás haciéndolo por correo, por favor incluye una dirección de e-mail con tu donación. Si lo haces mediante una transferencia bancaria, por favor escribe a [email protected] indicándonos los detalles de tu donación.
Muchas gracias a lxs hermosxs amigxs que donaron estos premios para hacer esta rifa posible: AK Press, Aqueduct Press, Equal Exchange, Justseeds, PM Press, Riseup Coffee, Slingshot Collective y nuestra propia Urraca de Cuello Negro.
[1] Rose Schneiderman, una activista sindical, acuñó la frase "Pan y Rosas" para indicar el derecho de una trabajadora a algo más que solo el alimento para sobrevivir.

[fr] Français

Une véritable guerre se joue autour de vos communications en ligne. Un côté souhaite en avoir le contrôle et veut espionner vos moindres gestes et paroles. Ces personnes veulent vous vendre des biens, mais également céder vos données à des chasseurs de tête, des compagnies d'assurances et à la police. Pire encore, ces gens voudraient vous faire croire que transformer votre vie en un flux d'information commodifiée est à la fois distrayant et valorisant.
L'autre côté souhaite l'autonomie digitale et combat l'État policier, les monopoles de l'internet et les gens qui profitent de vos données. Certaines de ces batailles ont lieu dans des cours de justice, d'autres dans l'arène politique. Et il y a Riseup: nous faisons de l'action directe digitale en créant et en utilisant des technologies protégeant votre liberté et votre autonomie.
En utilisant Riseup, vous faites toutes et tous partie de la résistance, des personnes qui se lèvent et qui disent non à l'espionnage numérique et aux profiteurs. Nous croyons de tout notre cœur que s'il n'existait pas des gens pour utiliser et supporter activement ces technologies, notre liberté de communication en ligne disparaitrait.
Cette liberté a cependant un prix: comme nous ne faisons pas de profit avec vos données, nous dépendons de vos don pour continuer d'exister et pour continuer de bâtir des infrastructures qui rendent un autre monde possible. À maintes reprises, plusieurs d'entre vous avez répondu à l'appel et avez fait un don à Riseup. Merci, merci milles fois. Si nous sommes encore ici, c'est grâce à vous.
Encore une fois, nous vous demandons de contribuer et de nous aider à maintenir Riseup à flot. S'il vous plaît, donnez ce que vous pouvez, même les petits dons sont importants. Cette année, nous avons également un tirage avec de fabuleux prix! Toutes les personnes qui font un don seront automatiquement ajoutés au tirage.
https://riseup.net/fdon
Espoir et amour, Le collectif Riseup
Nous avons également un tirage Riseup super luxueux "Du pain et des roses" [1]
Deux personnes chanceuses qui ont donné à Riseup recevrons une grosse boîte de chocolats, une affiche fabuleuse, quelques photos de manifestations encadrées, des livres de science-fiction radicaux, du café très noir, de la prose politique très récente, un agenda 2018 et plus encore!
Si vous donnez par Dwola, PayPayl ou Flattr, une adresse courriel est associée à votre don et nous vous contacterons de cette manière. Si vous nous envoyez un don par la poste, merci d'y inclure un courriel! Si vous nous faites parvenir de l'argent par transfert bancaire, envoyez-nous un courriel à [email protected] en mentionnant les détails associés à votre don.
Un grand merci à toutes les personnes qui rendent ce tirage possible: AK Press, Aqueduct Press, Equal Exchange, Justseeds, PM Press, Riseup Coffee, the Slingshot Collective ainsi qu'un membre de notre collectif, Black-collared Jay.
[1] Rose Schneiderman est une militante syndicale qui a forgé le terme "Du pain et des roses", pour indiquer que les travailleuses et les travailleurs ont droit à plus que le strict minimum.
submitted by akejavel to socialism [link] [comments]

Pour une défense lutte de classe des bagagistes de Roissy ! A bas la campagne sécuritaire raciste du gouvernement ! (2006)

https://archive.is/7785M
Le Bolchévik nº 178 Décembre 2006
Buffet Royal en 2007 : austérité anti-ouvrière et terreur raciste encore une fois au menu
La chasse aux sorcières raciste de l’Etat contre 72 travailleurs, musulmans pour la plupart, à l’aéroport de Roissy, et les conditions de travail intenables imposées aux dizaines de milliers de travailleurs de l’aéroport, en disent long sur les causes de la révolte de la jeunesse des banlieues il y a un an. Cette explosion de rage de jeunes d’origine ouvrière et largement issus de l’immigration maghrébine et africaine, avait été déclenchée par la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré à Clichy-sous-Bois, morts électrocutés alors qu’ils essayaient d’échapper à une rafle raciste de la police. Ces deux jeunes avaient immédiatement été dénoncés par l’Etat comme de soi-disant délinquants et menteurs. Et ça continue : fin novembre la « justice » a annoncé que les flics responsables ne seraient pas poursuivis, et le rapport de l’IGS sur la chasse à l’homme qui avait eu lieu ce jour-là contre Zyed, Bouna, Muhittin et leurs amis, qualifie le comportement des flics comme simplement « d’une légèreté et d’une distraction surprenantes ». Pendant ce temps c’est Muhittin Altun, âgé de 18 ans, le seul survivant, qui est persécuté par la vendetta de l’Etat ; il est passible d’une peine de prison pour avoir soi-disant jeté des pierres contre une voiture de police et pour « participation avec armes à un attroupement ». Nous disons : Il n’y a pas de justice dans les tribunaux capitalistes ! Levée des inculpations contre Muhittin Altun ! Amnistie pour tous les jeunes condamnés suite à la révolte des banlieues ! La classe ouvrière multiethnique de ce pays doit défendre les jeunes de banlieue !
Les travailleurs de Roissy sont recrutés en fait dans les mêmes banlieues du Nord de Paris que celle où Zyed et Bouna ont grandi ; le frère de Bouna, Siyak Traoré, travaille à l’aéroport. Un an plus tard les conditions matérielles qui ont contribué à alimenter cette explosion – manque d’emplois, transports et système de santé défectueux, classes surchargées dans les écoles, répression quotidienne par l’Etat – rien n’a changé. En fait, à la veille des élections de 2007, la guerre contre les jeunes des minorités ethniques, désignés comme le bouc émissaire de tous les maux de la société, se déchaîne de plus en plus ; c’est à qui, de la gauche ou de la droite, battra l’autre sur le terrain de l’« ordre républicain ». Lors de l’occupation policière des cités il y a un an, nous avions dénoncé en particulier le rôle de la gauche pour son soutien à la répression, quand le PCF, le PS et LO avaient tous appelé à « rétablir l’ordre » contre les jeunes de banlieue en pleine révolte. (LO est ensuite revenue en arrière, mais ils ont décrit leur appel simplement comme « une ânerie bien sûr, mais mineure » de leur part – voir notre article sur LO page 7.) Cette trahison, et le refus de la bureaucratie syndicale de mobiliser sa base au côté des jeunes de banlieue, a encouragé l’Etat à poursuivre sa répression raciste. Nous écrivions (le Bolchévik n°174, décembre 2005) :
« L’oppression raciste et la stigmatisation des jeunes des banlieues par la bourgeoisie visent à diviser la classe ouvrière et à l’affaiblir dans son ensemble, à un moment où le gouvernement redouble les attaques et les mesures de répression contre le prolétariat en général. Une attaque contre un est une attaque contre tous ! »
Les 72 bagagistes de l’aéroport de Roissy sont visés aujourd’hui comme des « terroristes » potentiels pour les mêmes raisons – pour essayer de diviser selon des lignes raciales et affaiblir la puissance potentielle des 80 000 travailleurs de l’aéroport. Pas un seul des 72 bagagistes qui se sont vu retirer leur badge n’a jamais été accusé ou condamné pour aucun crime. D’après le sous-préfet Jacques Lebrot, on leur a retiré leur badge (qui donne accès à la zone réservée de l’aéroport où travaillent 60 000 personnes) sur la base qu’ils représentaient un risque potentiel pour les passagers. Il a déclaré qu’ils « sont liés à des mouvances fondamentalistes à visée terroriste » qui rejettent « la France et nos valeurs ». « Pour nous, quelqu’un qui va passer des vacances plusieurs fois au Pakistan, cela nous pose des questions », a déclaré Lebrot (le Monde, 21 octobre) ; Lebrot a retiré son badge à un travailleur qui avait participé avec son père à un voyage organisé Fram, « circuit au pays des maharajas », qui l’avait emmené au Pakistan, en Inde et au Bangladesh. Lebrot n’a pas fourni la moindre preuve pour étayer ses déclarations, et en fait il a exigé que ce soit les bagagistes persécutés qui fournissent la preuve qu’ils ne présentent aucun risque pour les passagers !
Cette attaque n’a rien à voir avec la lutte contre le « terrorisme » (les principaux architectes du terrorisme sont à l’Elysée et dans les ministères), ni avec la « protection » de la population ; mais elle a tout à voir avec l’arsenal croissant à la disposition de l’Etat pour écraser toute opposition et détruire les libertés. Nous nous opposons à la campagne d’« unité nationale » contre le terrorisme qui a pour but de renforcer l’Etat capitaliste raciste français.
Sarkozy a salué la chasse aux sorcières en déclarant : « Moi, je ne peux pas accepter que des gens qui ont une pratique radicale travaillent sur une plateforme aéroportuaire » (le Monde, 21 octobre). Il fait ainsi l’amalgame entre « terroristes » et travailleurs ordinaires qui se défendent ainsi que leurs collègues, et qui se battent pour la sécurité contre les patrons assoiffés de profits sur l’aéroport. Ce n’est pas un hasard que parmi les 72 de Roissy il y a des militants syndicaux qui, face à des conditions de travail qui se détériorent, se syndiquent et revendiquent. Didier Frassin, le secrétaire de l’union locale CGT de Roissy, disait, en parlant de l’intérêt croissant pour les syndicats manifesté par de nombreux jeunes recrutés dans les banlieues voisines : « Leur arrivée a contribué à renouveler le syndicat, qui ne cesse de progresser. Les directions ne s’y attendaient probablement pas. » Un autre délégué CGT chez Air France, Moustafa, ajoutait : « Ils nous ont embauchés, on s’est retrouvés délégués. On dénonce les conditions de travail, on milite, alors ils veulent nous briser en retirant les badges » (l’Humanité, 27 octobre).
Exactement. Ce que craint la bourgeoisie, c’est la force croissante de la classe ouvrière organisée multiethnique de l’aéroport ; c’est cela qui est derrière cette chasse aux sorcières. La bourgeoisie et les travailleurs ont des intérêts fondamentalement opposés et antagoniques. Le capitalisme est basé sur l’exploitation des travailleurs par les capitalistes. Il est impossible de le faire fonctionner dans l’intérêt des travailleurs ; il n’est pas réformable. Les groupes, comme LO, la LCR, le PCF, qui offrent des recettes sur comment mieux administrer le capitalisme, le rendre plus démocratique, plus social, etc., répandent le même mensonge que Jean Jaurès il y a 100 ans. Aujourd’hui comme alors, cela ne sert qu’à lier la classe ouvrière au système capitaliste de profit basé sur l’esclavage salarié et l’oppression raciste. Nous luttons pour mobiliser la classe ouvrière, indépendamment de l’ennemi de classe, des organes de celui-ci et de ses partis, pour balayer le système capitaliste par une révolution socialiste. Elle brisera et détruira l’Etat capitaliste et établira à la place un Etat ouvrier basé sur une économie collectivisée et planifiée suivant les besoins. Dans ce but, nous luttons pour construire un parti comme le parti bolchévique, pour pouvoir diriger les travailleurs à la victoire. A bas la chasse aux sorcières raciste ! Il faut mobiliser la classe ouvrière en défense des 72 de Roissy ! Pour leur réintégration immédiate dans leur poste de travail !
Vigipirate vise les travailleurs et les minorités
L’attaque contre les 72 bagagistes n’est que la dernière en date d’une longue liste à Roissy. Depuis 2004, d’après la CFDT, 3 585 travailleurs se sont vu retirer leur badge, ce qui veut dire presque automatiquement la perte de leur emploi. Le but de ces attaques, c’est de garder ces travailleurs, qui représentent la plus importante concentration de travailleurs de toute couleur de peau dans ce pays, fermement à la merci des patrons, en leur inculquant la crainte que quiconque résiste sera le prochain licencié. Il y a un an Lebrot avait agité Vigipirate rouge « pour rétablir l’ordre public » et forcer les bagagistes en grève de chez CBS à reprendre le travail sous la menace de six mois de prison (le Nouvel Observateur, 6 octobre 2005). Il avait déclaré à l’époque que leur grève accroissait la probabilité d’une attaque terroriste.
La bourgeoisie française, et ses porte-parole de droite comme de gauche, se félicitent souvent, notamment depuis que George Bush est à la Maison Blanche, que, contrairement à leurs homologues américains, ils règnent de façon juste, sociale, et égalitaire. En fait ils mettent en œuvre leur propre « guerre contre le terrorisme » avec Vigipirate depuis 1991 à l’époque de la première guerre du Golfe. Lorsque Mitterrand avait envoyé des dizaines de milliers de troupes impérialistes françaises pour combattre les Irakiens au côté des USA et de la Grande-Bretagne, les jeunes issus de l’immigration maghrébine en particulier s’étaient largement opposés à cette guerre meurtrière. Le gouvernement avait réagi en lançant Vigipirate ; il s’agissait d’attiser un climat de peur et d’insécurité en visant les jeunes qui menaçaient les sacro-saintes « valeurs républicaines » et qui manifestaient de la sympathie pour les peuples d’Irak. Des bandes de flics et de soldats en armes patrouillaient dans les gares pour empêcher physiquement les jeunes de prendre part aux manifestations dans le centre de Paris.
Dès cette époque la LTF avait protesté contre Vigipirate, et expliqué que ce plan était une arme de l’Etat capitaliste pour viser dans un premier temps des personnes ayant des attaches musulmanes, pour pouvoir ensuite réprimer la classe ouvrière dans son entier. Lutte ouvrière au contraire maintient depuis 15 ans un silence complice sur Vigipirate. Maintenant LO se lamente que le métier de bagagiste soit « sur le point d’être interdit aux musulmans » (Lutte ouvrière, 3 novembre), mais leur refus constant de s’opposer à Vigipirate est le genre de capitulation à la campagne « antiterroriste » qui a pavé la voie à l’attaque actuelle à Roissy.
Dix ans après la première guerre du Golfe, avec le 11 septembre 2001, les dirigeants français ont eu de nouveaux prétextes pour accroître les pouvoirs de la police. Comme le souligne une déclaration intersyndicale à Roissy : « L’Etat et les directions d’entreprises se sont servis du 11 septembre 2001 pour revenir sur les droits et les libertés individuelles des salariés travaillant en zone réservée » (« Nous sommes tous concernés », 27 novembre). Un syndicaliste SUD faisait remarquer : « Depuis [le 11-Septembre], on a créé un Patriot Act sur l’aéroport » (Libération, 10 novembre) ; il faisait référence à la loi « antiterroriste » aux USA introduite à la suite de l’attaque criminelle contre le World Trade Center et de l’attaque contre le Pentagone. Didier Frassin, de la CGT, disait la même chose lors d’une récente interview où il souligne l’impact de la loi sur la sécurité quotidienne (LSQ), introduite tout juste un mois après le 11-Septembre, et qui « facilite l’attitude du préfet de Seine-Saint-Denis et mène à des aberrations » (l’Humanité Dimanche, 23-29 novembre).
Buffet Royal en 2007 : c’est les ouvriers et les jeunes des banlieues qui vont déguster !
Le nombre de travailleurs de l’aéroport concernés parle pour lui-même : ce ne sont pas là des « aberrations ». Pour les patrons et leur Etat, la règle c’est l’intimidation et la répression. Peut-être que Frassin est un peu mal à l’aise parce que cette LSQ avait été introduite par le gouvernement Jospin-Buffet-Royal de « gauche plurielle » qui, comme tous les gouvernements capitalistes dans le monde, avait cherché à tirer parti de l’hystérie antiterroriste après le 11-Septembre pour serrer la vis à l’ensemble de la population. Mais les bureaucrates syndicaux, au nom de l’« unité nationale » et de la loyauté envers leur gouvernement de front populaire, avaient laissé voter cette loi sans protester.
Le passage de la LSQ sous Jospin n’est qu’un exemple de comment un gouvernement de front populaire paralyse les luttes ouvrières. Nous nous opposons inconditionnellement et par avance à tout vote et tout soutien, au premier ou au deuxième tour, à une telle alliance qui va du PS et du PC à des bourgeois soi-disant de gauche comme les Verts, les chevènementistes, etc. Ce n’est pas le cas des organisations réformistes, qui se préparent à dire à la classe ouvrière de voter au deuxième tour pour la candidate du front populaire, Ségolène Royal, comme un « moindre mal » (pour LO, voir notre article page 7). La LCR monte en épingle son refus de participer à un gouvernement avec Royal, en opposition au PCF. Mais c’est pour dissimuler qu’ils s’apprêtent tout comme le PCF à voter Royal : cette organisation qui, ces 32 dernières années, a toujours voté pour le candidat du front populaire au deuxième tour des présidentielles (sauf en 2002 où ils ont voté Chirac), a cyniquement déclaré (voir Rouge, 16 novembre) :
« Puisqu’il faut être le plus clair possible, nous rappelons qu’il n’y a, chez nous, aucune tentation de renvoyer gauche et droite dos à dos. Virer la droite en 2007 est pour nous une mesure de salubrité publique. »
La stratégie des réformistes se limite à essayer de faire pression sur la bourgeoisie pour qu’elle fasse quelques concessions, qui peuvent être octroyées aujourd’hui mais reprises demain. Si le front populaire revient au pouvoir, il continuera, tout comme le gouvernement Jospin-Buffet avant lui, d’administrer l’Etat capitaliste raciste français et à protéger les intérêts des entreprises françaises contre leurs rivales étrangères, tout cela sur le dos des travailleurs.
A bas la « guerre contre le terrorisme » de la bourgeoisie !
Avant de donner le badge nécessaire pour travailler dans la zone réservée de Roissy, les flics épluchent maintenant cinq différentes bases de données. Si l’on y figure pour un excès de vitesse, une soirée bruyante ayant abouti à un dépôt de plainte d’un voisin, le fait de ne pas avoir payé à temps sa redevance télé ou ses impôts, même sans avoir été condamné, on ne se fait pas embaucher, ou on perd son badge lors d’un contrôle périodique. Les patrons utilisent aussi ces données pour s’immiscer dans la vie privée des travailleurs et pour imposer leur ordre moral bourgeois, comme le condamne à juste titre la déclaration intersyndicale du 27 novembre. Il y a le cas particulièrement scandaleux d’un steward homosexuel qui avait été appréhendé au Bois de Boulogne avec un prostitué, et qui a dû signifier au préfet et aux autorités aéroportuaires qu’il acceptait de voir un psychiatre et de faire un « travail sur lui-même » pour garder son emploi. Tous les travailleurs visés par les lois sécuritaires répressives de Jospin et Sarkozy doivent être réintégrés immédiatement ! A bas la croisade d’ordre moral de l’Etat !
Ce sont ceux qui administrent le système capitaliste qui perpètrent la terreur de masse et des massacres barbares, aveugles et prémédités à une échelle gigantesque. Les crimes contre l’humanité qui sont synonymes de l’impérialisme français – des massacres pendant la guerre d’Indochine à la torture en Algérie et au génocide du Rwanda – sont la marque de fabrique du capitalisme dans son agonie. Et de même les attaques des CRS contre les travailleurs en grève et les jeunes qui protestent, ainsi que les attaques contre les salaires et les conditions de travail des ouvriers, la terreur des flics et la pauvreté dans les banlieues.
Ce n’est certainement pas la première fois, ni la dernière, qu’un secteur de la classe ouvrière se fait traiter de « terroriste ». Pendant la guerre d’Algérie, sous des gouvernements de gauche comme de droite, de semblables croisades étaient monnaie courante contre la classe ouvrière multiethnique, notamment dans les grandes usines automobiles. Les travailleurs de Roissy sont visés parce que l’aéroport est stratégique pour le capitalisme français, au niveau économique et au niveau militaire, et que les patrons et leurs gouvernements comprennent très bien que ces milliers de travailleurs, avec leurs syndicats, peuvent déployer une énorme puissance sociale pour défendre leurs droits et lutter contre l’oppression.
Les capitalistes savent aussi que si les travailleurs font preuve de résistance et de solidarité de classe, cela peut devenir l’étincelle pour une lutte plus large dans le pays, notamment là où il y a encore de grandes concentrations multiethniques de travailleurs, comme dans les usines automobiles et les fabricants de pièces détachées, mais aussi dans le secteur public où des centaines de milliers d’emplois sont menacés de privatisation. A la SNCF et la Poste les patrons démantèlent les services publics en créant des unités séparées plus petites, comme Chronopost qui a une base à Roissy, afin de paver la voie à la privatisation et d’obliger les ouvriers à travailler encore plus pour un salaire plus faible. Le prochain gouvernement essaiera à nouveau d’utiliser Vigipirate, cette fois-ci contre les cheminots luttant pour défendre leurs acquis.
Le niveau de pauvreté et d’oppression raciste a considérablement augmenté, ici et dans le monde, suite à la contre-révolution capitaliste qui a eu lieu dans l’ex-Union soviétique il y a 15 ans. Cette défaite historique pour le prolétariat mondial a encouragé les impérialistes à multiplier les maraudages néocoloniaux à l’étranger et accroître l’exploitation ici. Les capitalistes d’Europe de l’Ouest, agitant le mensonge de la « mort du communisme », pensent qu’ils ont maintenant les coudées franches pour détruire les acquis de la classe ouvrière, notamment les réformes de l’« Etat-providence ». Celles-ci avaient été introduites pour essayer d’endiguer le spectre du communisme après la Deuxième Guerre mondiale, face à une classe ouvrière combative qui voulait sa vengeance du bain de sang qu’elle avait subi, et à une époque où l’autorité de l’Union soviétique avait grandi du fait qu’elle avait vaincu les nazis de Hitler. La LTF, section de la Ligue communiste internationale, a mobilisé toutes ses forces pour combattre la restauration capitaliste dans l’ex-Union soviétique, et nous continuons aujourd’hui à lutter contre les tentatives des impérialistes de restaurer le capitalisme dans les Etats ouvriers déformés restants, Cuba, le Vietnam, la Corée du Nord (voir notre article page 9) et surtout la Chine.
L’effondrement de l’Union soviétique a mené à une forte augmentation de la concurrence internationale entre les puissances impérialistes. Celles-ci, pour maintenir et accroître leur taux de profit, ce qui est indispensable dans la lutte contre leurs rivales, ont toutes sortes de méthodes, notamment d’avoir une « main-d’œuvre plus flexible » avec des plans comme le contrat nouvelle embauche ou le défunt CPE. En France notamment, le démantèlement de l’Etat-providence est considéré comme une nécessité d’airain pour l’impérialisme français, qui est bien plus faible que ses rivaux américain et même allemand.
Pour une lutte de classe contre les nouvelles attaques !
Dix sociétés seulement emploient 60 % de tous les travailleurs de l’aéroport de Roissy. Le reste travaille dans 700 entreprises sous-traitantes, où les conditions de travail sont souvent encore plus atroces. « Les jeunes des cités alentour ont été embauchés, mais il faut voir dans quelles conditions ! […] On les appelle les “dos cassés” », rapporte Didier Frassin de la CGT. Un travailleur déclare : « C’est Spartacus. Je travaille de nuit, je vois à peine ma famille. Et on nous dit que les jeunes ne veulent pas bosser ! » (l’Humanité, 27 octobre) Beaucoup de jeunes travailleurs, même quand ils sont finalement embauchés en CDI, ont souvent seulement un temps partiel ; les patrons ne veulent pas payer trop de charges sociales, et ils essaient ainsi de réduire la cohésion et la force des travailleurs. Ces derniers sont obligés de prendre un deuxième emploi pour survivre, ou de faire d’interminables heures supplémentaires. La sous-traitance a pour but de diviser la classe ouvrière, d’affaiblir les syndicats et d’empêcher des grèves unies sur l’ensemble de la plateforme. Mais les travailleurs ont leurs propres armes pour riposter : leurs intérêts de classe communs et leur solidarité dans la lutte. Ensemble, ils représentent une puissance formidable.
La confiance des bureaucrates syndicaux dans la « justice » bourgeoise ne sert qu’à démobiliser la lutte : lors d’une réunion intersyndicale appelée pour discuter des actions à prendre en défense des bagagistes, un dirigeant de la CFDT a argumenté contre une grève, et même contre une protestation immédiate, disant qu’il fallait plutôt « attend[re] de voir ce que dit la justice », plusieurs plaintes ayant été déposées contre le retrait des badges. Nous n’excluons pas de faire usage de toutes les possibilités judiciaires pour défendre ces travailleurs, mais nous n’avons pas la moindre confiance dans le système d’injustice capitaliste. Nous nous tournons au contraire vers la puissance des milliers de travailleurs unis dans la lutte. Une grève solide à Roissy en défense des bagagistes ferait rapidement réfléchir les patrons, leur préfet et leurs juges pour trouver une « solution ». On a pu avoir un avant-goût de cette puissance sociale récemment avec le CPE, où c’est la mobilisation des syndicats avec les étudiants qui a battu le gouvernement.
L’Etat n’est pas au service de la société dans son ensemble. Les exploités et les opprimés ne peuvent pas l’utiliser pour qu’il serve leurs propres intérêts. C’est une machine d’oppression de la classe ouvrière par la classe capitaliste, une machine répressive faite de soldats, de flics, de tribunaux et de prisons qui ont tous pour raison d’être de défendre la domination de classe et les profits des capitalistes contre les travailleurs. Nous disons : Flics, gardiens de prison, vigiles et agents de sécurité, hors des syndicats ! La raison d’être de l’Etat c’est d’empêcher ceux qui produisent les richesses de cette société, la classe ouvrière, d’en prendre le contrôle, et de maintenir au contraire les exploiteurs bourgeois au pouvoir. Il ne peut pas y avoir de véritable justice pour les travailleurs dans les tribunaux capitalistes. C’est ce système qui, il y a un an, a enfermé des centaines de jeunes des banlieues et qui leur a fait un casier judiciaire qui peut les consigner à un avenir de chômage. Les travailleurs doivent renverser l’Etat bourgeois et exercer leur propre domination de classe contre la résistance des capitalistes, en établissant, comme les ouvriers russes en 1917, un Etat ouvrier, la dictature du prolétariat.
Il faut rompre avec les dirigeants syndicaux traîtres !
Un exemple approprié de lutte de classe, c’est la grève d’Air France en octobre 1993 : les travailleurs ont occupé les pistes et fait grève contre le plan Attali de licenciement de 4 000 travailleurs. Le gouvernement Mitterrand-Balladur a rapidement cédé aux revendications des travailleurs de jeter ce plan à la poubelle. Il n’a pas seulement reculé parce qu’Air France perdait l’équivalent de 10 millions d’euros par jour et parce que les transporteurs étrangers menaçaient de poursuivre en justice Aéroports de Paris ; il a cédé surtout parce qu’il craignait que la grève ne s’étende à d’autres travailleurs du secteur public qui étaient aussi l’objet de suppressions d’emplois. C’est Jospin et son ministre PCF des Transports Gayssot, avec l’aide des bureaucrates syndicaux, qui a partiellement privatisé Air France cinq ans plus tard, en 1999, ouvrant la voie à la privatisation complète en 2004.
Un autre exemple de puissante mobilisation de la classe ouvrière multiethnique en lutte pour défendre ses emplois, c’était sur l’aéroport de Heathrow à Londres en 2005. Le personnel de British Airways (BA) a fait grève en défense de 6 700 travailleurs, essentiellement des femmes originaires du sous-continent indien, licenciés par Gate Gourmet, une société de catering (préparation des repas). La grève a paralysé BA et a pratiquement stoppé toute l’activité de l’un des plus grands aéroports du monde. Elle a coûté plus de 70 millions d’euros à BA, stoppé pratiquement toute sa flotte dans le monde, et semé la pagaille dans les activités de BA pendant près d’une semaine. Comme l’écrivaient nos camarades britanniques : « Ce qu’il y a d’autant plus impressionnant avec cette grève, c’est qu’elle a été entreprise en dépit des lois antisyndicales qui interdisent les grèves de solidarité avec des travailleurs d’autres entreprises, et qu’elle a été lancée en pleine hystérie “antiterroriste” du gouvernement, attisée suite aux bombardements terroristes criminels du 7 juillet » à Londres (Workers Vanguard, 2 septembre 2005). Les travailleurs de l’aéroport ont fait cette action sachant que leurs propres emplois pouvaient être les suivants, mais ils reconnaissaient que leurs intérêts et ceux de ces travailleurs du catering, surtout des femmes asiatiques, étaient les mêmes.
L’aéroport étant pratiquement arrêté et BA perdant des millions de livres, la direction syndicale a répudié les grèves en les déclarant « illégales », et les travailleurs ont repris le travail. Une fois que BA et l’aéroport avaient repris, la direction syndicale a accepté de négocier dans une position de faiblesse. Finalement certains travailleurs licenciés ont été repris, et quelques autres ont reçu des indemnités de licenciement plus élevées, mais beaucoup de travailleurs combatifs sont restés sur le carreau du fait du rôle de la bureaucratie syndicale. La grève de Heathrow, tout comme la grève d’Air France de 1993, montre que pour vaincre les attaques des capitalistes, il faut aussi une bataille contre la politique procapitaliste de la bureaucratie syndicale. Ces dirigeants traîtres cherchent en permanence à enrayer les luttes ouvrières et cherchent des « accords de partenariat », parce qu’au fond ils partagent les mêmes intérêts et les mêmes préoccupations que leur propre bourgeoisie : ils veulent que leurs « propres » capitalistes soient plus « compétitifs » que leurs rivaux étrangers.
De même que nous nous opposons à la collaboration de classes au gouvernement, nous luttons aussi contre les plans de « partenariat social » et de « dialogue social » prônés par les bureaucrates syndicaux, qui répandent le mensonge que les travailleurs et les capitalistes ont des intérêts en commun et qu’ils doivent essayer ensemble de relever les profits des patrons. Nous sommes pour une direction révolutionnaire des syndicats qui n’accepte pas les règles du jeu des patrons, ni n’avale leur hystérie raciste « antiterroriste », une direction se battant pour syndiquer les non-syndiqués, pour l’embauche en CDI de tous les précaires et pour le partage du travail entre toutes les mains sans perte de salaire. Une direction qui défende les travailleurs à la peau foncée contre la discrimination et qui exige les pleins droits de citoyenneté pour tous les immigrés, y compris en luttant contre les déportations de sans-papiers qui se chiffrent à 26 000 cette année, notamment via l’aéroport de Roissy. Dans le cadre de cette lutte nous disons : une industrie, un syndicat. La division des syndicats selon l’affiliation politique ou suivant la profession est un cadeau aux patrons qui affaiblit la force de la classe ouvrière.
A Roissy, les bureaucrates utilisent le fait qu’il y a des syndicats séparés comme couverture pour le fait qu’ils n’ont pas appelé à la grève en défense des 72 de Roissy. Ils se rejettent mutuellement la faute pour l’absence de toute décision d’action lutte de classe. Il y a eu en fait une grève le 23 octobre, appelée par la CFTC, sur la question de l’intimidation et des retraits abusifs de badges (bien que les dirigeants chauvins de la CFTC aient refusé de protester directement contre la persécution raciste des bagagistes musulmans sanctionnés). Une centaine de travailleurs d’Air France ont fait grève ce jour-là, et beaucoup ont essayé de manifester sur le tarmac, dont ils ont été refoulés par les CRS, sous la menace de se faire retirer leur propre badge s’ils essayaient de bloquer le trafic. Leur protestation aurait pu être le point de départ pour la mobilisation si nécessaire en défense de tous les travailleurs de l’aéroport persécutés, mais elle est restée isolée par les autres syndicats, notamment la CGT.
En fait cela a pris trois mois, après l’envoi des premières notifications aux bagagistes annonçant le retrait imminent de leur badge, pour que la première réunion intersyndicale se tienne sur l’aéroport le 7 novembre. Cette réunion a rassemblé les six principaux syndicats opérant à Roissy (CFDT, CFTC, CGT, FO, SUD et UNSA), et elle a décidé d’avoir une autre réunion et de produire un tract, et d’envoyer une délégation syndicale rendre visite au ministre bourgeois Azouz Begag et au préfet de Seine-Saint-Denis. Après la réunion, Sylvain Chazal, dirigeant de l’UNSA, a déclaré : « L’idée n’est pas de lancer une grève qui ne sera pas suivie. Le sujet est très délicat et nous savons qu’il y a à Roissy des vrais problèmes de sécurité. » Et la CGT a couvert son propre refus d’appeler à l’action promise, en se plaignant : « Si la CGT, plus gros syndicat de la plate-forme, est partante “pour une puissante journée d’action”, la CFDT prône “des formes d’actions différentes” » (déclaration de l’union locale CGT de Roissy-Charles-de-Gaulle, 8 novembre). Certains bureaucrates ont même argumenté à la réunion qu’il serait discriminatoire de protester contre l’injustice faite aux 72 de Roissy étant donné que chaque année des centaines de travailleurs se voient retirer leur badge ! La déclaration syndicale commune du 27 novembre, intitulée « Nous sommes tous concernés », capitule face à ce chauvinisme en ne mentionnant jamais le cas des bagagistes. Bien sûr, tous les travailleurs de Roissy sont visés dans cette affaire, mais de faire disparaître cette offensive particulière, avec son caractère raciste patent, ne peut en réalité servir qu’à diviser davantage les travailleurs.
Finalement les syndicats ont appelé à une manifestation le 14 décembre à la station RER de Roissy 1 contre la discrimination et les abus sécuritaires. Mais aucun appel à la grève ne couvrait les travailleurs qui voulaient prendre part à l’action, et seulement 250 personnes y ont pris part. Pourtant, les travailleurs peuvent être mobilisés contre la discrimination raciste : il y a eu cet automne une grève combative dans la blanchisserie industrielle Modeluxe en région parisienne, pour obtenir la régularisation des collègues sans-papiers.
L’obstacle n’est pas le manque de combativité : c’est une question politique, à laquelle les bureaucrates syndicaux ne peuvent pas toucher sérieusement. La lutte pour les sans-papiers est acceptable pour les républicains bourgeois « de gauche » que courtisent les réformistes, car elle est compatible avec les déclarations sur la France « pays des droits de l’homme » et « terre d’asile ». Mais lutter contre l’oppression des travailleurs et des jeunes de banlieue, dont la plupart ont des papiers français, exige de confronter l’oppression raciale, enracinée dans le capitalisme français, contre toute une couche du prolétariat dont les parents ou les grands-parents sont venus du Maghreb et d’Afrique noire.
Les jeunes des banlieues croient à juste titre qu’ils doivent avoir les mêmes droits que les autres Français, et ils résistent aux tentatives de les faire travailler pour les salaires et conditions de travail qui sont le lot des travailleurs sans-papiers. Ces jeunes subissent de façon disproportionnée le chômage, la précarité et la discrimination à tous les niveaux. En d’autres termes, ce n’est pas seulement une question de droits démocratiques. Cela pose la nécessité d’un programme de transition : syndiquer les non-syndiqués, lutter pour des emplois décents pour tous en répartissant les emplois entre toutes les mains sans perte de salaire. Cela pose la nécessité de lutter pour renverser par la révolution socialiste le système capitaliste pourrissant. Les travailleurs ont besoin pour cela d’un parti ouvrier multiethnique d’avant-garde, un parti comme le parti bolchévique de Lénine. C’est pour cela que nous luttons.
http://www.icl-fi.org/francais/lebol/178/roissy.html
submitted by ShaunaDorothy to FranceLeBolchevik [link] [comments]

Le Trading Automatique avec ProOrder - ProRealTime Trading CAC 40 Point Matinal du 19-03-2020 par boursikoter LES PREMIERS PAS AVEC LE DMTRADER ! (trading automatique) Vidéo TECHNI CN - Isère (38), Mécanique, Machines-outils - Ligne de production robotisée JTEKT Comment limiter les risques liés au trading automatique

Le principe basique des logiciels de trading automatique est de traiter les informations boursières en temps réel. L’utilisation de ces logiciels de trading automatique permet d’avoir une idée des tendances du marché et de prendre une décision le plus rapidement sur les actions à mener. Les logiciels de trading automatique gratuit sont très nombreux et se différencient par leurs ... Super article. Je voudrais suggérer ProofHub pour le suivi du temps. Avec le suivi du temps en ligne de ProofHub, obtenez une analyse instantanée du temps que votre équipe et vous consacrez aux projets et aux tâches. Cela permet de s'assurer que tout le monde travaille efficacement et que des projets de qualité sont livrés à temps. Accédez à mon Robot de Trading Automatique + la Formation sur le Forex ! Vous Pouvez Faire Jusqu'à 200€ par Jour! Formation Assurée (spécialement pour les débutants) ! Aucune Connaissance Nécessaire en Bourse! 22 sept. 2019 - @mytradingsetup trading automatique trading robot #trading #trader #bourse #argent #money entrepreneur investissement solution trading etoro trading en ligne bourse en ligne trading forex trading marketing trading #finance trading pour les nuls cac40 nasdaq Il importe de trader essentiellement que sur des courtiers sérieux et fiables qui sont autorisés en France. Cela permet de gagner de l’argent en toute légalité et dans de bonnes conditions. Avec l’ouverture du trading en ligne, on enregistre des centaines de sites.

[index] [179] [133] [3523] [1408] [2824] [5763] [1373] [3340] [2002] [945]

Le Trading Automatique avec ProOrder - ProRealTime Trading

Découvrez comment limiter les risques liés au trading automatique. 🚀 GAGNER de L'ARGENT avec le trading automatique c'est possible ici → http://bit.ly/le-tra... Stratégie de trading automatique en temps reel et trading live sur compte reel pour découvrir comment il est possible de gagner en bourse. Category News & Politics Gagner de l'argent avec le trading automatique en ligne, cfd protégé ... Retour d'expérience sur 4 ans de trading automatique en réel ... Interview Nicolas Vitale de Trading-Automatique.fr ... 🎯 On vous forme et on vous coach en LIGNE ou en SALLE ... Retour d'expérience sur 4 ans de trading automatique en réel - Duration: 1:18:58. WH SelfInvest France 1,762 views. A la fin du processus d'usinage, les pièces sont contrôlées, un poste de supervision permet l'analyse des résultats du poste contrôle, un suivi de production et de traçabilités des pièces ...

http://arabbinaryoptiontrade.cryptominingapps.website